Guide du compostage individuel

Le compostage est un procédé biologique qui permet, par l’apport d’air, la dégradation accélérée de déchets organiques et conduit à l’obtention d’un compost. Les réactions de compostage dégagent de la chaleur qui hygiénise le compost, c’est-à-dire élimine les agents pathogènes contenus dans les déchets entrants.
Chacun d’entre nous désire, à son niveau, faire un geste pour l’environnement. Pourquoi ne pas commencer par le compostage domestique ?

Réduire le volume d’ordures ménagères à traiter par la collectivité, enrichir son jardin sans frais, … les avantages sont nombreux.
Produire soi-même un amendement naturel et l’utiliser directement dans son jardin n’est pas réservé aux seuls jardiniers avertis et procure une vraie satisfaction personnelle.
C’est mieux prendre conscience du cycle de vie de la matière organique et de la transformation utile des déchets.

Télécharger notre note sur les  Informations Compostage Individuel.

La transformation des matières organiques se fait naturellement. Mais pour produire un bon compost, il est nécessaire de respecter quatre règles simples :

  • Mélanger les différentes catégories de déchets de façon homogène, en évitant les couches épaisses (+ de 15 cm).
  • Commencer le compostage avec de la terre, ce qui enrichit le bac en micro-organisme.
  • Broyer les éléments, ce qui multiplie les surfaces d’attaque pour les micro-organismes, une tondeuse peut faire office de broyeur pour les branchages fins ou les feuilles par exemple.
  • Aérer les matières : il est conseillé de retourner le compost une fois par mois. Vous pouvez à l’aide d’outil de jardin vider une partie du bac et de le reremplir à nouveau. Si cette manœuvre vous est trop lourde à supporter, mélangez au moins les éléments se trouvant entre 10 à 20 cm de la surface du bac.
  • Surveiller l’humidité : l’eau facilite le développement des bactéries utiles. Le compost doit toujours être humide sans être ruisselant.

Quels déchets peut-on composter ?

  • les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’oeufs (broyées), marc de café, filtres en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés, etc. ;
    Soyez toutefois mesurés quant aux déchets d’agrumes, ils contiennent des produits de traitement qui rendent le fruit presque imputrescible. Si les dépôts sont occasionnels (moins de 5 fruits par jour) en prenant les restrictions adéquates (broyage en petits morceaux) alors vous pouvez mettre vos restes d’agrumes dans le compost.
  • les déchets de jardin : tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes, aiguilles de pins etc.
  • les déchets de maison : mouchoirs en papier et essuie-tout, cendres de bois, sciures et copeaux, papier journal, cartons salis (mais non souillés par des produits polluants), plantes d’intérieur, etc.

En revanche il ne faut PAS composter : le plastique, les tissus synthétiques, le verre et les métaux qui ne se dégradent pas.
On évitera aussi le contenu des sacs d’aspirateur, les bois vernis ou peints, la litière pour chat et les couches culottes qui ne sont pas entièrement biodégradables.
D’une façon générale, aucun produit chimique, huile de vidange, etc., ne doit être mélangé au compost.

La variété des composants : Il est important de bien varier la nature des composants dans votre bac. Plus la diversité des apports sera grande plus l’effet de décomposition aura lieu et votre compost sera de bonne qualité. Argument supplémentaire, il est reconnu que la richesse en apport du compost permet de développer les arômes des fleurs.

Où installer le composteur ?

Dans un zone ombragée du jardin, à l’abri du vent, où l’eau de pluie ne risque pas de s’accumuler. Le composteur doit être installé sur une surface plane d’environ 1m², sur un sol retourné pour faciliter les échanges avec les micro-organismes, les vers et les insectes.

A partir de quand peut-on obtenir un compost de qualité ?

Le temps moyen donné par l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) est d’environ 4 à 8 mois, mais il peut parfois s’avérer beaucoup plus long. Si votre compost tarde à mûrir vous pouvez contrôler un certain nombre d’éléments : le respect ou non des principes de compostage, des conditions implantations du bac (lieu, période de début de compostage) ou d’ajout d’éléments non désirables dans le bac ou encore l’apport excessif d’un élément par rapport aux autres. Gardez à l’esprit l’importance des apports homogènes.

Quelles sont les différentes utilisation possible du compost obtenu ?

Le compost a diverses fonctions : restructurer le sol, l’aérer, augmenter la rétention d’eau ainsi que le taux d’éléments organiques. Concrètement, trois applications sont possibles avec le compost que vous avez obtenu :

  • vous pouvez l’utilisez pour votre potager, en jardinières pour les plantes en pots (1/3 compost et 2/3 terre végétale),
  • en épandage autour des arbres appelé paillage permettant de conserver l’humidité du sol en été,
  • ou sur le gazon.

 

 

Top